193019311932 – 1933 – 1934 – 193619371938194019421943

1943

Samedi 27 mars et dimanche 28 mars 1943, Soirées et Matinée à l’Hôtel de l’Union

Sous la direction de Mr. W. Uster avec le concours dévoué des demoiselles et amis de la société

Au programme, marches, valse, Fantaisie… Le 5ème morceau est une célèbre marche américaine : Colonel Boggey. Il s’ensuit une production d’élèves.

En deuxième partie, on retrouve une comédie en 3 actes : On demande un ménage. Nos archivistes-maison relèvent que c’était une jolie pièce gaie. La partie musicale se termine par une marche composée ou arrangée par le directeur même : Coccinella.

Le programme est joué le samedi soir à 20.00 et est reconduit le dimanche avec l’intitulé : matinée 14.00

Pour le B A L après la soirée, c’est uniquement le dimanche 28 mars qu’il a lieu


XVe Fête des Musiques à Montricher, le 27 juin 1943

Que d’incertitudes et d’hésitations ont précédé notre fête. De mai 1940, elle fut renvoyée à 1941 et enfin 1942.

Fixée au 6 juin 1943, la fête des Musiques du Pied du Jura s’annonçait sous d’heureux auspices. Les jeunes filles rivalisaient d’entrain pour terminer leurs roses. Notre cantinier, Monsieur Wagnières, après avoir rempli ses bouteilles d’un bon vin de fête, scrutait le ciel 10 fois par jour, se demandant : « Pleuvra-t-il ? » Il fallut déchanter. Une mobilisation imprévue troubla tous nos préparatifs. Les courages étaient passablement émoussés. Le temps se mit à la pluie. Au propre comme au figuré, tout tombait à l’eau.

Enfin, le 27 juin, la manifestation put avoir lieu. Les stés de Musiques arrivaient les unes après les autres. Seules, Aclens et Mont-la-Ville s’excusèrent de ne pouvoir venir. L’Isle nous laissa sans réponse. L’Echo du Mont-Tendre joua deux marches devant la poste, puis le cortège, réglé avec art par M. Alexis Morel s’ébranla, aux accents de la musique pour les Âges. Monsieur Krafft, pasteur de la paroisse, présida à un culte bref et de haute valeur…

… C’est dommage de ne pas avoir de haut-parleur, car seules quelques bribes du discours nous parvinrent…

… Les deux marches d’ensemble Ad Astra et Neutralité furent enlevées avec brio…

… Après une pose de quelques minutes qui permirent de goûter le vin de fête, Monsieur Alexis Morel aligna son monde pour le cortège.

… Un joli coup d’œil s’offrit alors à la vue du public par les nombreux drapeaux ondulant au gré de la brise au-dessus du serpent bigarré que formaient jeunes filles en robe de bal, membres invités et musiciens.

… Malgré l’effet de la chaleur accablante, le cortège parcourut rapidement les principales rues du village et s’arrêta devant la cantine pour la collation offerte par la Société organisatrice et de très généreux commissaires. Cela va sans dire qu’elle ne fut pas aussi fournie que ces années passées, où les bouteilles débouchées à la cave arrosaient copieusement jambon et saucisson, mangé avec du pain blanc.

Le soir à 19h00, le bal commença avec l’orchestre Stella de Renens. A 5h00 du matin, les derniers couples quittaient le plancher pour rentrer au bercail.